Balade en Ouganda
Balade à la Réunion
Balade A L’ÎLE DE PAQUES
Balade EN NOUVELLE ZELANDE
Un jour, trois villes

Un jour, trois villes

Porte d’entrée du temple de Belur

Nous voici partis pour Halebidu et Belur, deux sites religieux du 12ème siècle à une trentaine de kilomètres d’Hassan. Premier arrêt à Halebidu où il est difficile de manquer l’édifice. Le temple se dresse dans un immense parc et il en impose par son volume et sa majestuosité. Toutes les façades extérieures sont finement sculptées dans la pierre et on découvre des scènes de la vie quotidienne, des batailles avant la représentation des différents dieux et déesses. Tout autour du temple se dresse aussi ce qu’on pourrait appeler des chapelles avec des représentations de vaches immenses (2 pour être précis). Beaucoup moins décoré mais impressionnant pas sa longueur, l’intérieur est dédié à différentes divinités. Je suis aux anges, moi qui adore les vieilles pierres et le travail minutieux et fascinant des sculpteurs de l’époque. En revanche, j’ai beaucoup moins apprécié le touriste américain qui avec ses appareils photos et sa caméra autour du coup se croit tout permis. Mais bon il faut savoir être tolérant.

Le deuxième temple se situe à Belur à 17 km du premier. En fait il n’y a pas un mais 11

Temple de Alebeeduh

temples répartis dans une immense cour et surnommé le temple de Chennakeshava. Pour résumer, il a été bâti au 12ème siècle lorsque Belur était la capitale des Hoysalas, les rois de l’époque. Si nous le trouvons moins richement sculpté que le premier, il présente quelques intérêts et notamment la représentation de Vishnu sous 23 formes différentes. Bon ok, ce n’est pas pour cela que nous sommes allés le voir mais il valait quand même le détour. Même si nous n’avons pas pu visiter tous les temples, nous avons pu assister aux prières des indous. J’aime vraiment leur façon de faire et leur simplicité. Je trouve que c’est frais.

Une des statues

Cette première incursion dans la campagne indienne me laisse un très beau souvenir d’autant plus que nous retrouvons la gentillesse des indous. On vient nous aider à trouver le bon bus spontanément, les enfants nous arrêtent dans la rue pour nous demander d’où on vient, si on va bien et si on aime l’Inde. C’est très rigolo de voir la spontanéité et le regard étonné de certains face à deux blancs qui prennent le bus comme eux et qui se promènent dans la ville.

19/01/2011

Partagez cet article avec vos amis :

Et retrouvez également sur Instagram :

Participez à la discussion !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *