Balade en Ouganda
Balade à la Réunion
Balade A L’ÎLE DE PAQUES
Balade EN NOUVELLE ZELANDE
Petite histoire du Japon

Petite histoire du Japon

Pour comprendre la culture japonaise et les différents monuments, jardins et autres merveilles du territoire, il faut connaître un peu l’histoire du pays. Nous n’allons pas vous faire un cours d’histoire mais juste préciser les grandes lignes.

Asuka :

Le premier point important est bien entendu l’apparition du Bouddhisme dans l’Antiquité (période Asuka). Asuka est un village où les empereurs installaient parfois leur capitale. Le Bouddhisme va radicalement changer leur façon de penser à tel point qu’elle est déclarée religion d’Etat par le prince Umadayo. Il rédige une constitution de 17 points comme autant de point philosophique.

Nara :

Quelques siècles après arrivent l’époque de Nara, capitale du pays pendant de nombreuses années. C’est aussi la première et dernière fois qu’une femme accède au trône. A sa mort et pour éviter l’influence des temples, la capitale est déplacée à Kyoto.

Heian :

Le mot signifie paix et c’est l’apogée de la cour impériale japonaise. Les Fujiwara obtiennent de plus en plus de pouvoirs et pour protéger leurs biens ils mettent en place une police appelée les Samouraïs. Ceux-ci gagnent de grands pouvoirs suite à l’appauvrissement du pays au point que la monnaie disparaît. En parallèle, le bouddhisme gagne du terrain sous deux grands sectes ésotériques les Tendaï et les Shingon.

Kamakura :

Au moyen-âge, la guerre éclate entre deux grandes familles nobles permettant au Shogunat d’apparaître et de prendre le pouvoir. Les Samouraïs se voient attribués des fonctions multiples et certains deviennent même de petits seigneurs. Les pouvoirs militaires et civils sont ainsi réunis dans les mains de la dictature militaire dirigée par les Shoguns. De son côté le gouvernement tente de reprendre le pouvoir par la force en vain

Edo :

Sous l’époque pré-moderne, après une ouverture culturelle, scientifique et littéraire assez exceptionnelle, le pays se renferme sur lui-même ne conservant que des liens avec la Corée, la Chine et la Hollande. La religion chrétienne est interdite comme les étrangers sur le territoire japonais. L’époque est aussi marquée par de grandes catastrophes comme l’incendie d’Edo (30 000 morts), le tremblement de terre du Kanto (30 000 morts) et celui d’Edo (10 000 morts). Le Mont Fuji rentre également en éruption plongeant le pays dans la famine. Le pouvoir impérial est alors restauré.

Ere Meiji :

Sous l’époque moderne, la restauration Meiji marque la fin de la politique d’isolement du pays. Le Japon s’ouvre au commerce international. Les érudits ont soif de technologies et d’expansion comme empire colonial. Le pays veut partager le monde avec l’occident. L’empereur n’hésite pas à inviter à grand frais des spécialistes du monde entier : militaires français et prussiens, ingénieurs anglais, chimistes et médecins allemands, agronomes hollandais… On copie le modèle occidental et Edo devient définitivement la capitale en prenant le nom de Tokyo.

Toujours dans le même esprit, les institutions évoluent avec la création de la première constitution japonaise et la mise en place de deux chambres (la chambre des pairs et la chambre des représentants). Le pays entre dans la modernisation et l’ère des samouraïs se termine.

Taisho :

Elle correspond à la première guerre mondiale au cours de laquelle le Japon se range au côté de la France et la Grande Bretagne contre l’Allemagne. Seulement lors des accords de Versailles, le pays juge insuffisant les gains territoriaux.

Showa :

Ce fut le plus long règne d’un Empereur Japonais. A la fin de la première guerre mondiale, les japonais se sentent humiliés et de nombreux militaires et politiciens en profitèrent pour mettre en place une idéologie d’expansionnisme. Idéologie qui connait son apogée lorsque le pays entre en guerre contre ses voisins dans l’espoir de dominer l’Asie. Ils considèrent les étrangers comme des bêtes ou des êtres inférieurs. La seconde guerre mondiale et l’alliance avec l’Allemagne ne fait que renforcer les violences. Le pays est aux mains des militaires. A noter qu’il est le seul pays à avoir été bombardé par la bombe atomique d’Hiroshima et de Nagasaki.

Après la capitulation du pays, le général américain Mac Arthur fut chargé de gérer l’occupation du pays. Il met en place des réformes profondes avec notamment l’adoption d’une constitution et la révision du rôle de l’Empereur qui perd son statut de commandant des forces armées.

Heisei :

Aujourd’hui l’empereur est Akihito Tenno et il sera suivi de Naruhito. L’Empereur fait des efforts pour se rapprocher du peuple en se montrant en public par exemple. Côté militaire si le pays n’a pas le droit d’avoir une armée, elle en a constitué une non officielle pour se défendre des différentes attaques de ses voisins et notamment la Corée du Nord, la Chine et la Russie. Cette force d’autodéfense fait souvent débat au sein du parlement japonais et suscite l’étonnement à l’étranger. La guerre est définitivement derrière eux et les japonais veulent vivre une aire de paix.

20/06/2011

Partagez cet article avec vos amis :

Et retrouvez également sur Instagram :

Participez à la discussion !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *