Balade en Ouganda
Balade à la Réunion
Balade A L’ÎLE DE PAQUES
Balade EN NOUVELLE ZELANDE
De Aurere à Ilet des Orangers

De Aurere à Ilet des Orangers

de Aurere à Grand Place – 410 m de dénivélé positif, 585m de dénivelé négatif

De Grand Place à Ilet des Orangers – 943m de dénivelé positif, 613 m de dénivelé négatif

Sur le chemin, quelques petites cryptes

Après une bonne nuit de sommeil entrecoupé de quelques pluies, nous repartons de bon matin pour Grand Place ou l’Ilet des Orangers. Nous aviserons en fonction du chemin. Après trois premiers jours un peu compliqués pour moi, le chemin pour Ilet des Malheurs puis Ilet des bourses reste assez simple montant et descendant dans la forêt de pins. Après 50 minutes, nous sommes à Ilet Malheur et en fin de matinée nous atteignons Grand Place. Nous décidons de faire une pause déjeuner au soleil pour faire sécher la tente et reprendre des forces avant de continuer vers l’Ilet des lataniers et pourquoi pas l’Ilet des Orangers. En déjeunant, nous observons le ballet des hélicoptères qui baladent les touristes en haut du cirque mais surtout ceux qui viennent ravitailler les habitants. Ici, il n’existe pas de route et c’est le seul moyen de se ravitailler. C’est impressionnant de voir ses hélicoptères avec des bouts de bois, tôles… accrochées au bout d’une corde qui viennent déposer leur précieuse cargaison. Un ballet millimétré qui me fait dire que nous avons bien de la chance de pouvoir trouver tout ce que nous souhaitons à proximité de nos maisons.

Mais bon l’hélicoptère ne va pas nous déposer à l’Ilet des orangers et il nous faut repartir. Le chemin monte plus

Le chemin dans la végétation

à découvert en dévoilant de temps en temps des panoramas à couper le souffle sur le cirque. Il faut faire aussi attention où on met ses pieds puisque parfois le chemin se fait un peu étroit. En moins de temps que je n’aurai pensé nous atteignons l’embranchement des l’Ilet des Lataniers. Nous décidons alors de nous enfoncer et de poursuivre jusque l’Ilet des Orangers. Et je dois dire que nous n’allons pas être décus. Certes, le chemin monte bien avec des escaliers de terre et de roche arrivant à la hauteur des genoux mais après un ultime passage à guet (assez facile celui-là vu le peu d’eau), nous entrons dans une ravine. Le paysage a changé du tout au tout. De grandes falaises de roches brutes nous surplombent nous faisant sentir tout petit alors qu’un petit torrent offre des couleurs superbes entre le rose, le blanc, le marron sans compter une végétation luxuriante faisant penser à un oasis au milieu de rien. Nous restons à contempler cette ravine pendant quelques instants avant de la monter à travers le lit de la rivière et les roches blanches. Mais le spectacle est tellement beau que j’en oublie la difficulté. Tout en haut, un plateau se dévoile et avec lui le petit bourg de l’Ilet des Orangers. Il semble suspendu dans un décor grandiose comme hors du temps. Nous trouvons un petit plateau surplombant tout l’Ilet pour planter la tente (il s’agit du camping un peu rustique du bourg) et pour la première fois depuis le départ nous nous octroyons une vraie pause en contemplant le paysage. Je me sens toute petite et très humble face à cette belle nature. Je me sens aussi très loin de la métropole et si proche de la nature. Une très belle surprise pour une soirée sereine.

12/04/2017

Partagez cet article avec vos amis :

Et retrouvez également sur Instagram :

Participez à la discussion !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *