Balade en Ouganda
Balade à la Réunion
Balade A L’ÎLE DE PAQUES
Balade EN NOUVELLE ZELANDE
L’art du raffinement avec les Geishas

L’art du raffinement avec les Geishas

Figurines de sumo

Quand on évoque le Japon, tout le monde parle des sumos et des Geishas ; deux curiosités du pays. En se rendant à Kyoto, province attitrée de ces dames raffinées, Sophie a pu en voir quelques unes mais pas les photographier. Harcelée par les touristes dès qu’elles sortent, elles acceptent très peu d’être photographiées sauf si vous vous rendez dans un de leur salon de prédilection et que vous vous acquittez d’un droit d’entrée assez exorbitant. Seules deux d’entre elles se prêtaient avec plaisir au jeu des photos mais malheureusement la batterie de l’appareil photo de Sophie était vide. Rageant. Mais au fait qu’est ce qu’au juste une Geisha ?

Une Geisha est une dame qui excelle dans le métier de l’art. C’est une dame raffinée

Au hasard des rues et jardins

d’excellente compagnie et réservée à une clientèle très aisée. La Geisha dédie sa vie à la pratique des arts traditionnels japonais qui vont de l’art de servir le thé à la danse, la musique… Aujourd’hui elles sont de moins en moins présentes contrairement au 18ème et 19ème siècle. Pour la petite histoire, au début les geishas étaient des hommes et correspondaient à nos bouffons du moyen-âge. Les femmes, wui furent acceptées que tardivement, étaient appelés les onna geisha (femme geisha). Aujourd’hui, toutes les geishas sont des femmes.

Contrairement aux idées reçues, les jeunes filles venaient de familles souvent très pauvres qui vendaient leurs enfants à des maisons de Geisha, les okiya. En échange, elles se chargeaient de les élever et d’assurer leur éducation. Durant leurs enfances, les Geishas travaillaient comme bonnes puis comme assistantes dans les maisons de Geishas. C’était une manière de contribuer à leur entraînement et d’assurer le remboursement de la dette contractée par le coût de leur éducation (souvent élevée d’ailleurs). Au Japon cette forme d’apprentissage est assez courante. L’élève vit chez le maître, l’aide, le regarde pratiquer, l’assiste et effectue les tâches ménagères. Une éducation qui s’étale sur plusieurs années.

Les Geishas étaient vénérées

Les apprentis Geishas commençaient dès leurs plus jeunes âges à pratiquer un vaste éventail d’arts comme ceux d’un instrument de musique, de chants traditionnels, de la danse, de la cérémonie du thé, l’Ikebana (composition florale), la poésie et la littérature. Le port du Kimono (ou Kitsuke), l’art de la conversation, les différents jeux et l’art de divertir les clients s’apprenaient en regardant et en assistant leurs aînés. Une fois devenue Maiko (apprentis Geisha), elles accompagnaient les Geishas dans les maisons de thé, aux réceptions et aux banquets. De nos jours cette méthode persiste encore mais est plus courte car la majorité des geishas le deviennent à la fin de l’adolescence. Il faut dire que les geishas n’entrent plus dans les maisons dès leur plus tendre enfance. C’est un acte volontaire qui se fait vers l’âge de 15 ans. Cependant l’apprentissage reste long et difficile.

Une dernière précision qui a son importance. Les Geishas ne sont pas des prostitués mais des hôtesses ou dames raffinées d’excellente compagnie pour des clients très aisés. Notons tout de même qu’autrefois, il était possible et presque systématique d’acheter leur virginité (un événement appelé mizuage), elles n’étaient pas obligés d’avoir des relations sexuelles avec leurs clients ni même avec l’homme qui payait cher pour leur virginité. Certaines prostituées ont revendiqué un statut de Geisha pour appâter les clients. Cette usurpation a eu pour effet d’entacher leur réputation.

19/06/2011

Partagez cet article avec vos amis :

Et retrouvez également sur Instagram :

Participez à la discussion !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *