Balade en Ouganda
Balade à la Réunion
Balade A L’ÎLE DE PAQUES
Balade EN NOUVELLE ZELANDE
Richesse humaine et spirituelle de Yangoon

Richesse humaine et spirituelle de Yangoon

Un grand Bouddha en or

Un grand Bouddha en or

Après la visite de la pagode Shwedagon, je repars à l’assaut de la ville ce matin. La nuit a été bénéfique et c’est plus motivée que jamais que je commence mon périple par deux temples au nom imprononçable. Avouons-le tout de suite, les noms simples ne sont pas vraiment légions ici et je ne sais pas comment ils font pour prononcer et surtout retenir les rues, les bâtiments et même bonjour ou merci. C’est bien la première fois que je n’arrive pas à dire merci dans la langue du pays. Cela ressemble à Atchoum mais en plus bizarre.

La paya Chaukhtatgyi et Ngahtatgyi (merci le guide) renferment deux bouddhas géants. Un assis (dans le 2ème temple) et un couché qui frappe le regard dès leur entrée. Des bouddhas gigantesques j’en ai déjà vu des superbes, notamment au Japon mais là c’est différent. On ne peut pas dire qu’ils soient beaux par leur détail mais plutôt par leur position et surtout pas leur richesse. Imaginez que la couronne et le drapé de chacune de ces sculptures sont ornés de diamants (rubis, émeraudes et saphirs) et d’or pour des milliards d’euros. Je ne peux que rester admirative et un peu perplexe devant autant de richesse.

En sortant de ces temples, j’ai envie de quitter le monde spirituel pour celui

Bouddha couché de 50m

Bouddha couché de 50m

plus terre à terre de la vie quotidienne. J’avais programmé d’aller faire un tour au plus grand marché du pays mais manque de bol, il est fermé le lundi. Ce n’est pas grave, pour s’imprégner de la vie locale, il suffit de déambuler dans les rues hors des quartiers touristiques. Très vite, je retrouve les odeurs si familières du marché, les étals des rues, les gens sympathiques et toujours souriants. Je ne peux pas m’empêcher de manger les fruits locaux et les spécialités. La gourmandise me perdra un jour. A côté des temples gigantesques et ornés de toute part, les appartements des gens sont modestes voire très modestes. Construits à l’époque coloniale par les anglais, ils n’ont jamais été rénovés et servent aujourd’hui d’habitation pour tous. Sous la crasse et la dégradation, je devine des superbes façades alors que l’intérieur n’a plus rien de sa splendeur passée. Les enfants ne semblent pas s’en soucier et jouent entre eux s’arrêtant juste le temps de nous lancer un hello avec un grand sourire. Je suis bien en Asie.

Une idole au pied de Bouddha

Une idole au pied de Bouddha

A côté de ses immeubles, je trouve une église, une mosquée, comme quoi les religions cohabitent toujours et surtout des magasins climatisés. C’est rigolo de voir ces magasins se dresser dans le prolongement des étals. Imprégnée de cette vie qui m’a manquée (je m’en rends compte maintenant), je retrouve la sérénité au parc Kan Daw Gyi Lake. Rendez-vous des amoureux et des familles, il déborde de rire et de vie. Quelques touristes ont eu la même idée que moi. Il faut dire que dans un coin se dresse un monument assez singulier. Il s’agit de l’ancien bateau royal orné d’or (et oui encore. Sauf que là il est faux. Il montre leur puissance de cette manière) devenu aujourd’hui un restaurant et un hôtel huppé. Le plus intéressant reste la vue superbe qu’il offre sur la ShweDagon Pagoda. De là, on se rend compte que la pagode est construite sur une colline qui semble dominer la ville. Un peu plus loin, en sortant du parc, un hôtel ou plutôt un palace retient mon attention. Il est construit entièrement en teck et semble sortir d’un autre monde. Le Karaweik palace est tout aussi somptueux à l’extérieur qu’à l’intérieur. Raffiné, les sculptures, statues et autres objets en bois ressemblent à des objets des mille et une nuits. En revanche, je ne suis pas habituée à une telle débauche de luxe dans un hôtel et je me sens vite mal à l’aise. Je ressors donc rechercher la chaleur humaine.

Au terme de cette journée, Yangoon n’a pas livré tous ses secrets mais je dois déjà songer à refaire mon sac à dos. Demain matin, je m’envole très tôt pour une autre ville, plus sereine, coincée dans la campagne birmane mais très touristique et pour cause. C’est Bagan et ses fameux temples.

18/02/2013

Partagez cet article avec vos amis :

Et retrouvez également sur Instagram :

Participez à la discussion !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *