Balade en Ouganda
Balade à la Réunion
Balade A L’ÎLE DE PAQUES
Balade EN NOUVELLE ZELANDE
De retour à Yangoon

De retour à Yangoon

On charge les camions

On charge les camions

Me voici de retour à Yangoon, ce qui sonne la fin de mes aventures en Birmanie. Mais avant de repartir en France, je profite de cette dernière journée pour jouer les touristes (une fois n’est pas coutume) en me rendant au musée des pierres précieuses. Tenu par le gouvernement, il faut montrer patte blanche avant de pouvoir y entrer. En haut d’un magasin de diamants de deux étages se trouvent une pièce consacrée aux plus beaux et gros diamants du monde. Autant dire que je reste sans voix devant les rubis, jades, améthystes, or, argent, perle, topaze, aigue-marine… En pierre brute de plus de 100kg (et oui) ou taillée finement pour donner des somptueux bijoux, petits éléphants, dragons ou autres, elles sont impressionnantes par leur beauté, la finesse des découpes et leur pureté. Au milieu siège le plus gros diamant du monde qui ferait rêver n’importe quelle femme. Oui mais voilà, ce n’est qu’un doux rêve !

Une carte retrace tous les sites d’extraction (et ils sont nombreux). Se pose alors la question de la différence flagrante qui existe entre toutes ces matières précieuses qui valent des millions de dollars même à l’état brut et la pauvreté des gens qui parfois ne vivent qu’avec 2,50$ par jour. Une seule de ces pierres pourrait aider des centaines de birmans mais non ils reviennent au gouvernement. Un constat d’autant plus grand que la majorité des bijoux et objets ont été confectionnés à partir des années 1970 (je vous laisse méditer).

Emerveillée et interloquée, je sors du musée pour me mêler à la population

Roulement de cigarettes à la birmane

Roulement de cigarettes à la birmane

locale et aux touristes de passage au plus grand marché de la ville : le Scott Market. En intérieur les allées innombrables abritent fruits, légumes et vêtements pour locaux avec les souvenirs, sculptures en bois, ombrelles, textiles… pour touristes. Je résiste à la tentation de ramener deux, trois bricoles (mon sac est déjà plus que plein) et je préfère prendre un thé dans la rue. Les salons de thé improvisés sont toujours une belle parenthèse animée sur la vie locale. Le soir venu après un dernier repas je m’octroie un verre (et oui) sur la terrasse de l’hôtel devant la grande pagode Shwedagon illuminée, symbole de la Birmanie. Quoi de plus enchanteur que cette soirée devant ce bijou de l’humanité.

28/02/2013

Partagez cet article avec vos amis :

Et retrouvez également sur Instagram :

Participez à la discussion !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *